Marine Le Pen, présidente du Front national lors d'une conférence de Presse à Lille, le 7 décembre au lendemain du premier tour des élections régionales REUTERS/Pascal Rossignol
Marine Le Pen, présidente du Front national lors d’une conférence de Presse à Lille, le 7 décembre au lendemain du premier tour des élections régionales REUTERS/Pascal Rossignol

Marine Le Pen a le sourire car elle est arrivée en tête des élections régionales lors du premier tour dimanche 6 décembre. Son parti, le Front national, a recueilli 27,83% des voix. Plus d’1 électeur sur 4 a voté pour son parti. Le parti d’extrême droite devance le principal parti de l’opposition, Les Républicains (de droite) et le parti du gouvernement, le Parti socialiste (de gauche).

Le Front national est arrivé en tête dans 6 régions sur les 13 que compte le pays mais il faut attendre le second tour dimanche prochain pour savoir qui va remporter les élections. 

Le Square de l’info a interrogé un spécialiste du Front national. Alexandre Dézé est professeur à l’Université de Montpellier. Il t’explique ce qu’est le Front national.

Le Front national est-il devenu le premier parti de France ?

Alexandre Dézé : Si on regarde uniquement le résultat de cette élection, le FN est bien le parti qui a recueilli le plus de voix en France mais pour mesurer l’importance politique d’un parti, il faut prendre en compte d’autres éléments : par exemple, le FN n’a que 2 députés (sur un total de 577). Il ne dirige que 11 villes sur les 36000 que compte la France. Et il a un nombre assez limité de militants : 55000. C’est beaucoup moins que le Parti socialiste ou que Les Républicains. C’est pour cela qu’on peut considérer qu’il n’est pas le premier parti de France.

Dans quelles régions le Front national fait-il le meilleur score ?

Alexandre Dézé : Dans les régions où il est implanté depuis longtemps. Le Front national est un vieux parti : il a été créé en 1972. Depuis, il s’est surtout développé dans le sud de la France, dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, et au nord, dans la région Nord-Pas-De-Calais-Picardie. Dans ces deux régions, le parti obtient plus de 40% des voix. Et ce n’est pas un hasard si le FN est représenté dans ces deux régions par Marine Le Pen et Marion Maréchal-Le Pen. La présidente du FN et sa nièce (la petite-fille de Jean-Marie Le Pen) ont choisi les régions où elles avaient le plus de chance d’être élues.

Quelles sont les idées du Front national ?

Alexandre Dézé : Elles sont à peu près les mêmes depuis sa création. Généralement, on classe ses idées à l’extrême droite du jeu politique. D’abord parce que c’est un parti nationaliste, c’est-à-dire qu’il veut défendre la nation qu’il estime menacée, notamment par les étrangers, ce qui n’est pas vrai. Ensuite parce que c’est un parti hostile aux valeurs de la République, comme l’égalité mais aussi parce qu’il défend des mesures radicales, comme le rétablissement de la peine de mort. Et enfin parce que c’est un parti « xénophobe », c’est-à-dire qui nourrit la « peur de l’autre », de celui qui est différent (par sa religion, par sa couleur de peau).  

Pourquoi en parle-t-on autant ?

Alexandre Dézé : Le Front national est un parti un peu à part dans la vie politique française. Il a toujours fasciné, autant que suscité du rejet. Quand Marine Le Pen passe à la télévision, elle fait les meilleures audiences. Quand un journal parle du Front national, il augmente ses ventes.  Si on en parle autant, c’est aussi peut-être parce que les autres partis politiques ont du mal à trouver leur position en ce moment dans la compétition politique. Et il faut admettre qu’ils ont tendance à se positionner par rapport au FN, que ce soit pour reprendre ses idées ou les critiquer. Ce qui contribue à mettre le FN au cœur de toutes les attentions.  

Alexandre Dézé, professeur à l’Université de Montpellier et chercheur au CEPEL, est l’auteur de plusieurs livres sur le Front national. Sylvain Crépon, Alexandre Dézé, Nonna Mayer (dir.), Les Faux-semblants du Front national. Sociologie d’un parti politique, Paris, Presses de Sciences Po, 2015.

Les commentaires sont fermés